CLARA DUPONT


ENG/
Clara Dupont has been working on the construction of an initiatory story about the disasters of war for a little more than two years now. An avid reader of manga of all kinds, from shojo to shonen to ultra gory fantasy, she has also invested a lot of time in in-depth research on the Second World War. From these parallels that should never have crossed, she creates a narrative in a genre in perdition, the photo novel, that she takes back, customizes and totally denatures. In the tradition of Henry Darger, in a very personal way, Clara freely picks images from her favorite themes to give them meaning through her fantastic universe. Even if the theme is common to Goya's eponymous series, Clara has chosen not to denounce things head on but rather to induce them in an unexpected form. Her story is as simple as it is profound, as is her technique: once the images are chosen, she colors them with wax pastels, giving them a look similar to the black and white war images that were then colorized. By juxtaposing her very small paintings with her handwritten text extracts, Clara renews the vanished genre of the miniature in a very personal way. Leaping from one era to another, from medieval imagery to photos of the D-Day landings or scenes from manga, her chaotic narrative powerfully translates an enlightened vision of the evils of violence.

FR/
Clara Dupont a engagé il y a maintenant un peu plus de deux ans, la construction d’un récit initiatique sur les désastres de la guerre. Lectrice assidue de mangas en tout genre, du shojo ou shonen en passant par l' ultra gore fantastique, elle s’est aussi très lourdement investie dans des recherches approfondies sur la seconde guerre mondiale. De ces parallèles qui n’auraient jamais dû se croiser, elle crée une narration dans un genre en perdition, le roman photo, qu’elle reprend, customise et dénature totalement. Dans la lignée de ce qu’à pu faire Henry Darger, d’une manière toute personnelle, Clara pioche librement des images issues de ses thèmes préférés pour leur donner sens par son  univers fantastique. Même si le thème est commun à la série éponyme de Goya, Clara a choisi de ne pas dénoncer frontalement les choses mais plutôt de les induire dans une forme inattendue. Son histoire est aussi simple qu’elle est profonde, tout comme sa technique : une fois les images choisies, elle les met en couleur au pastel à la cire, leur donnant un aspect proche des images de guerre en noir et blanc qui ont ensuite été colorisées. En juxtaposant ses peintures de très petits formats à ses extraits de textes manuscrits, Clara renouvelle le genre disparu de la miniature d’une manière toute personnelle . Bondissant d’une époque à une autre, d’une imagerie médiévale à des photos du débarquement ou à des scènes issues de mangas, son récit chaotique traduit de manière puissante une vision éclairée des méfaits de la violence.